Au cours des dernières décennies, la science du sommeil s’est considérablement développée, révélant l’importance considérable du sommeil pour pratiquement tous les systèmes du corps. Au fur et à mesure que la recherche a approfondi les liens entre le sommeil et la santé physique, il est devenu de plus en plus évident que le sommeil et le système immunitaire sont étroitement liés.

Le sommeil et le système immunitaire ont une relation bidirectionnelle. La réponse immunitaire, comme celle provoquée par une infection virale, peut affecter le sommeil. En même temps, un sommeil régulier renforce le mécanisme immunitaire, ce qui permet une fonction immunitaire équilibrée et efficace.

Le manque de sommeil, en revanche, peut affaiblir le système immunitaire. Des données indiquent qu’à court et à long terme, le manque de sommeil peut rendre malade.

Comment le sommeil affecte-t-il le système immunitaire ?

Le sommeil apporte un soutien essentiel au système immunitaire. L’obtention d’un nombre suffisant d’heures de sommeil de qualité permet une défense immunitaire bien équilibrée qui se caractérise par une forte immunité innée et adaptative, une réponse efficace aux vaccins et des réactions allergiques moins graves.

En revanche, de graves problèmes de sommeil, notamment des troubles du sommeil comme l’insomnie, l’apnée du sommeil et la perturbation du rythme circadien, peuvent entraver le bon fonctionnement du système immunitaire.

Sommeil et immunité innée et adaptative

Le sommeil est une période importante de repos corporel, et des études indiquent que ce mécanisme joue un rôle crucial dans la robustesse de notre système immunitaire. En fait, le sommeil contribue à l’immunité innée et adaptative.

Les chercheurs ont découvert que pendant le sommeil nocturne, certains composants du système de l’immunité se réveillent. Par exemple, il y a une production accrue de cytokines associée à l’inflammation. Cette activité semble être stimulée à la fois par le sommeil et par le rythme circadien, qui est l’horloge interne du corps qui fonctionne 24 heures sur 24.

Lorsqu’une personne est malade ou blessée, cette réaction inflammatoire peut aider à la guérison, en renforçant l’immunité innée et adaptative, tandis que l’organisme s’efforce de réparer les blessures ou de combattre une infection.

Les experts ne savent pas exactement pourquoi ce processus a lieu pendant le sommeil, mais on pense que plusieurs facteurs peuvent être impliqués :

 

  • Pendant le sommeil, la respiration et l’activité musculaire ralentissent, libérant ainsi de l’énergie pour que le mécanisme immunitaire puisse effectuer ces tâches essentielles.

  • L’inflammation qui se produit pendant le sommeil pourrait nuire aux performances physiques et mentales si elle se produisait pendant les heures de veille. Le corps a donc évolué de telle sorte que ces processus se déroulent pendant le sommeil nocturne.

  • La mélatonine, une hormone favorisant le sommeil qui est produite la nuit, est capable de contrecarrer le stress qui peut provenir de l’inflammation pendant le sommeil.

    Si cette activité du mécanisme immunitaire pendant le sommeil est bénéfique, un aspect essentiel de ce processus est qu’il s’autorégule. Lorsque la période de sommeil se termine, le rythme circadien du corps réduit cette inflammation. De cette façon, un sommeil de qualité en quantité suffisante facilite l’équilibre délicat de la fonction immunitaire, qui est essentielle pour l’immunité innée et adaptative. Inversement, il y aura des graves conséquences du manque de sommeil sur le système immunitaire qui peuvent nécessiter une intervention urgente.

Sommeil et vaccins

Des études ont clairement montré que le sommeil améliore les effets des vaccins, démontrant ainsi les avantages du sommeil pour l’immunité adaptative. Les vaccins fonctionnent en introduisant un antigène affaibli ou désactivé dans l’organisme, déclenchant ainsi une réponse immunitaire. De cette manière, les vaccins apprennent efficacement au système immunitaire à reconnaître et à attaquer cet antigène.

Si ces études ont porté sur la privation totale de sommeil après la vaccination, d’autres études ont constaté une efficacité réduite du vaccin chez les adultes qui ne dorment habituellement pas au moins sept heures. Les personnes qui ne dorment pas suffisamment peuvent ne pas laisser à leur corps le temps de développer une mémoire immunologique, ce qui peut les laisser sans protection bien qu’elles aient été vaccinées.

Les personnes souffrant de problèmes de sommeil chroniques ou graves ou de maladies récurrentes doivent consulter un médecin. Un médecin peut s’efforcer d’identifier une cause sous-jacente et les meilleures mesures à prendre pour remédier aux impacts sur le système d’immunité.

Laisser un commentaire