Il existe deux grands principaux types de médecine, à savoir la médecine conventionnelle et les médecines non conventionnelles. Si l’efficacité du premier n’est plus à prouver, la seconde laisse place encore au doute. Les médecines non conventionnelles regroupent les pratiques thérapeutiques qui se reposent sur les pratiques anciennes. On les appelle par plusieurs noms comme médecines douces, médecines parallèles, médecines naturelles ou encore médecines alternatives.

Comment fonctionnent les médecines alternatives ?

Les médecines alternatives ont le vent en poupe depuis quelques années en proposant un panel de pratique adapté pour chaque besoin. Mais, quelle que soit la pratique choisie, il n’y a pas de recours à des produits chimiques. On peut faire appel aux médecines alternatives à but préventif ou curatif. Tous les traitements proposés usent de techniques médicales héritées par les anciens et de plantes médicinales. L’usage des plantes naturelles comme en phytothérapie garantit qu’il n’y a pas d’effet indésirable pour le patient, à condition de suivre le bon dosage. Le mot d’ordre est le bien-être du corps, mais également de l’esprit. Bon nombre de pratiques thérapeutiques comme la sophrologie permettent de combattre le stress, l’anxiété et bien d’autres encore. Comme son nom l’indique, les pratiques thérapeutiques sont des alternatives aux traitements médicaux classiques. Toutefois, les 2 médecines peuvent être complémentaires, mais seulement si le médecin traitant donne son accord.

Quelles sont les différentes pratiques thérapeutiques en médecines alternatives ?

Il existe plusieurs pratiques thérapeutiques en médecines alternatives issues de médecine traditionnelle. L’OMS ou Organisation mondiale de la santé a recensé plus de 400 pratiques thérapeutiques. La médecine traditionnelle asiatique est l’une des plus grandes influences des médecines alternatives. On peut catégoriser ces pratiques thérapeutiques en 4 types. Il y a les thérapies biologiques comme la phytothérapie qui usent de produits naturels. Outre les indications thérapeutiques spécifiques, seules les officines pharmaceutiques peuvent vendre des médicaments à base de plante en France. Il y a les thérapies manuelles comme l’ostéopathie et la chiropraxie. Cette catégorie fait face à une grande problématique qui est l’absence d’une formation médicale des praticiens. Puis, il y a l’hypnose médicale, la réflexologie ou encore la méditation qui sont des approches corps-esprit. En dernier, il y a les pratiques thérapeutiques reposant sur des fondements théoriques comme l’hémothérapie et l’acupuncture.

Les médecines alternatives sont-elles reconnues ?

En Europe, les médecines alternatives ne sont pas encore reconnues. C’est la Commission Européenne qui a décrété cela et a désigné le nom de ces pratiques thérapeutiques comme « médecines non conventionnelles ». La raison est que bon nombre des pratiques n’ont aucune preuve scientifique pour appuyer leur efficacité. Néanmoins, le temps change et les manières de penser évoluent. En fonction du pays, les médecines alternatives sont reconnues ou simplement tolérées. Dans certains cas, un titre médical ou paramédical est indispensable. En France, c’est la commission Nicolas qui reconnut la légalité de certaines pratiques. En effet, l’ostéopathe et le chiropracteur sont maintenant des titres professionnels reconnus. L’homéopathie et l’acupuncture sont des pratiques médicales légales. Une condition est émise pour les pratiques thérapeutiques. Si elles ne sont pas proposées par un membre du corps médical, elles sont uniquement restées dans le cadre du bien-être et de la détente.

Laisser un commentaire